Golf, la course contre le temps

Golf, la course contre le temps

Par essence, le golf est une activité sportive dîte « chronophage ».

Pour jouer un parcours de 18 trous, il faut compter, en fonction du nombre de joueurs dans la partie et du niveau de ces derniers, entre 3h30 et 5h30 (voire plus).

C’est là que le bât blesse !

Autant le premier horaire peut sembler optimiste (notamment pour une partie de 4), autant le second est disons-le, insupportable.

C’est d’ailleurs tout l’enjeu concernant l’avenir de ce magnifique sport.

Le temps de jeu, est clairement ce qui éloigne, plus que tout autre chose, le plaisir du jeu.

Qui n’a jamais pesté contre les parties de devant qui n’avancent pas, ou qui ne vous laissent pas passer (dans certains cas cela ne change pas grand-chose puisque l’embouteillage remonte sur plusieurs partie en amont).

Cela peut sembler anecdotique, mais répété à plusieurs reprises, ce phénomène peut amener à une telle frustration, que certains peuvent envisager de tout arrêter.

Alors deux questions se posent, pourquoi le jeu lent et comment y remédier ?

1/ Pourquoi le jeu lent ?

Plusieurs explications possibles.

En premier lieu et majoritairement, un problème de comportement des pratiquant(e)s, qui pour bon nombre ignorent les règles et pratiques qui s’appliquent sur les parcours.

En second lieu, une problématique de rentabilité qui poussent les golfs à accepter, en pleine période de pointe, des personnes dont le niveau n’est pas compatible avec un parcours.

En troisième lieu, toujours associé à une problématique financière, des parcours qui calent des départs toutes les 8 minutes…

Face à ce phénomène qui, à terme, pourrait gravement nuire aux perspectives d’avenir du golf, quels remèdes, quelles solutions ?

Golf et parcours
image Pixabay

2/ Remèdes et solutions

Plusieurs pistes à explorer. Tout d’abord, quelques comportements simples qui devraient permettre d’améliorer la situation.

Dans le désordre :

  • Pratiquer le « ready golf » – le joueur/la joueuse qui est prêt(e) joue et n’attends pas celui ou celle qui a l’honneur ou qui est le plus loin du trou
  • Suivre sa balle ET celles de ses partenaires pour mieux la localiser
  • Aider ses partenaires à chercher leurs balles
  • Jouer des balles provisoires
  • Ne pas faire huit coups d’essai – Faisons un calcul simple – 3 coups d’essai représentent environ 15s – si vous n’en faîtes qu’un cela « économise » 10s – multiplié par 4 joueurs et 18 trous cela représente 12 minutes (au minimum) !!!
  • Positionner son sac ou son chariot du côté de la sortie du green vers le départ suivant
  • Sur le green, ne pas passer 40s à analyser toutes les pentes en se positionnant derrière sa balle puis derrière le drapeau, puis sur le côté avant de revenir derrière sa balle…
  • Noter son score sur le départ suivant et non pas sur le green

Finalement, rien de révolutionnaire, juste du BON SENS !

En revanche, pour certains il faut aller plus loin.

Les instances golfiques mondiales réfléchissent à des solutions plus « drastiques ».

Cela pourrait commencer par exiger des golfeurs professionnels, que nous voyons sur nos écrans, à donner le bon exemple…bref !

Des expériences menées aux états Unis ont permis de réduire le temps de jeu de 45 minutes…mais à quel prix ? En gommant tous les obstacles sur le parcours. Une partie certes rapide mais ennuyeuse.

Une autre idée, bien plus clivante, commence à faire son chemin : revenir à l’origine du golf.

balle de golf et  T
image pixabay

Le premier Open Britannique, en 1860 sur le Prestwick Golf Club, s’est joué en 3 tours sur 12 trous !

Douze trous, c’est la promesse de passer moins de temps sur le parcours avec autant de plaisir et pour un prix de green fee moindre.

C’est une empreinte foncière plus réduite, l’assurance de consommer mois d’eau, l’occasion de transformer 36 trous en 3 parcours et 18 trous en 1 parcours et demi etc, etc, etc…

Les golfs seront-ils prêts à ces transformations ?

Les golfeur(euse)s seront-ils prêts à s’adapter ?

Des questions ouvertes qui en amèneront certainement d’autres.

Alors 12 ou 18 trous ?

Pour ce qui me concerne la réponse est évidente…j’aime bien finir ce que j’ai commencé !

Je partage ma lecture

Nous suivre :

Plus de lecture...

LA COTE DES BARS…

… L’autre terroir du Champagne ! La Champagne, célèbre région viticole française, mondialement connue pour son emblématique vin pétillant. Bien souvent associée à la région

Row vine grape in champagne vineyards at sunset background, Reims, France

Le vin… par Patrick Langlais

Le goût du vin, ma passion pour le monde viticole ! Sensations… Vif, nerveux, souple, charpenté, acide, gras, lourd, tannique… Un vocabulaire d’une richesse incroyable

Golfeur swing
Archives
⬆︎